Chronique Les Douze Balles dans la peau de Samuel Hawley de Hannah Tinti

  • Hannah Tinti
  • Traduit de l'anglais (États-Unis) par Mona de Pracontal
  • Coll. «Coll. « Du monde entier »»
  • Gallimard
  • 27/04/2017
  • 600 p., 20 €
NULL

Brice Vauthier Librairie L’Étagère (Saint-Malo)

Pour certain, ce sont les tatouages, pour Samuel, il s’agit d’impact de balles marquant sa peau. Après tout, chacun ses souvenirs...

Samuel Hawley semble tout droit sorti de Sur la route de Jack Kerouac, mais dont le personnage se serait échoué dans l’est des États-Unis: un vrai baroudeur ayant apparemment plus abusé des cambriolages que de la drogue. Son signe de reconnaissance ? Les douze impacts marquant sa peau comme autant de souvenirs de sa passion pour les armes. Aussi, lorsqu’il éduquera Loo, sa fille, il lui semblera naturel de lui enseigner le maniement des armes à feu. Comme le titre en anglais l’annonce plus clairement : chaque impact de balle raconte une histoire singulière de la vie de cet atypique père. Il va donc falloir petit à petit expliquer à sa fille les différentes étapes de sa vie et notamment ce qu’il est subvenu à sa mère, qu’elle n’a jamais connu car décédée peu de temps après sa naissance. Le rythme du roman va alors s’accélérer: nous voici parti sur la route, comme Samuel quelques années auparavant à travers les États-Unis. Entre road-movie et roman de \" nature-writing \", le lecteur va petit à petit s’immiscer au coeur de ce duo atypique. La traduction de Mona de Pracontal est parfaitement fluide et participe grandement à la qualité de ce roman. N’y cherchez ni Kerouac ni Donald Ray Pollock : laissez vous embarquer !

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@