Chronique Killarney Blues de Colin O’Sullivan

  • Colin O’Sullivan
  • Traduit de l’anglais par Ludivine Bouton-Kelly
  • Coll. «Rivages-Thriller»
  • Rivages
  • 20/09/2017
  • 269 p., 21 €
NULL

Brice Vauthier Librairie L’Étagère (Saint-Malo)

Voici un premier roman noir qui a du punch ! Les coups pleuvent dès le début à la sortie d’un pub de Killarney, petite ville au bord d’un lac du sud-ouest irlandais. Le blues, tout le monde pourrait l’avoir ici, mais surtout Bernard, considéré par la population comme l’idiot du village (malgré son Asperger) et qui sert de souffre-douleur. Alors forcément, l’amour qu’il éprouve depuis toujours pour Marian est aussi sujet à la risée collective. Cette belle Marian et ses copines n’ont que faire des suppliques de ce pauvre cocher, tout juste bon à promener les touristes sur sa vieille calèche. Lorsque son ami d’enfance Jack franchit la ligne jaune en prenant (sans doute) part à un crime, la ville tout entière va réellement avoir le blues. L’écriture de Colin O’Sullivan est douce, presque poétique et accompagne le lecteur dans sa découverte de ces personnages atypiques. Ce qui est vraiment bon, dans ce roman noir, c’est l’absence d’excès en tout genre : la banalité peut tout à fait être aussi angoissante que l’action.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@