Chronique No War de Anthony Pastor

Au Vukland, archipel fictif qui n’est pas sans rappeler certains pays scandinaves, de vives tensions politiques et sociales éclatent, conduisant les différentes communautés du pays au bord du chaos. Au milieu de ces bouleversements, Run se retrouve pris en tenaille entre son père et sa mère, entre deux cultures et deux conceptions de la vie radicalement opposées. S’inspirant du polar nordique dans ce qu’il a de plus réfléchi, Anthony Pastor tisse une intrigue résolument ancrée dans la réalité et se montre digne du grand Jo Nesbo. Coté graphisme, il s’inspire avec brio d’auteurs talentueux tels Hugo Pratt ou Bastien Vivès pour nous offrir un dessin épuré qui sert habilement la narration, apportant un rythme soutenu à une intrigue solide qui augure à merveille du plaisir de lecture que ne manqueront pas de nous apporter les tomes à venir. Un premier volume déjà très abouti pour les fans de romans noirs et de thrillers politiques.

Audrey Dubreuil Librairie Privat (Toulouse)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@