Chronique Les Contes de la ruelle de Nie Jun

  • Nie Jun
  • Traduit du chinois par Qingyvan Zhao et Nicolas Grivel
  • Gallimard
  • 17/03/2016
  • 128 p., 18 €

La collection « Bayou » de Gallimard nous a déjà offert des titres fabuleux, tels Klezmer (œuvre de son excellent directeur de collection Joann Sfar), Aya de Yopougon, ou L’Année du lièvre, dont le troisième volet sort prochainement. Dans la droite ligne de ces séries qui narrent le quotidien de personnages atypiques aux prises avec des situations qui le sont tout autant, Les Contes de la ruelle offrent une bouffée de fraîcheur qui distille humour et émotions. Ces quatre nouvelles, aussi poétiques les unes que les autres, nous donnent à voir la relation pleine de tendresse unissant un grand-père et sa petite-fille handicapée dans un quartier paisible du vieux Pékin. Nie Jun, auteur chinois inspiré tant par les grands mangakas que par des auteurs franco-belges comme Hergé ou Mœbius, nous fait découvrir un monde empli de douceur et de joie de vivre, que rehausse un dessin à l’aquarelle aux couleurs lumineuses. Un petit bijou de sensibilité qui apaise et fait rêver. Pourquoi s’en priver ?

Audrey Dubreuil Librairie Privat (Toulouse)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@