Chronique Juste une balle perdue de Joseph d'Anvers

Après une enfance très difficile, Roman est un jeune homme vivant en foyer. Au cours d’une soirée survoltée, il fait la connaissance d’Ana et de ses amis. Une relation passionnelle s’installe avec Ana et Roman intègre très vite la petite bande qui vit dans une superbe demeure appartenant au mystérieux Igor. Ce dernier se révèle être un trafiquant d’œuvres d’art, envoyant ses jeunes recrues cambrioler les villas les plus cossues. Roman s’embarque alors dans une spirale dangereuse. À mi-chemin entre le roman d’apprentissage et le roman noir, ce livre à l’habile construction nous entraîne dans les excès propres aux jeunes adultes en quête d’identité. L’alcool, les drogues dures et le sexe y sont omniprésents, jusqu’à ce que le rêve d’une vie de jouissance et d’insouciance ne se brise sur la réalité du monde de la pègre. Les violences familiales, la soif de liberté et l’amour fou sont finement traités dans cette belle découverte tout en clair-obscur.

Guillaume Chevalier Librairie Mot à mot (Fontenay-sous-Bois)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@