Chronique Ce qui n’est pas écrit de Rafael Reig

  • Rafael Reig
  • Traduit de l’espagnol par Myriam Chirousse
  • Coll. «Coll. « Bibliothèque hispanique - noir »»
  • Métailié
  • 16/01/2014
  • 240 p., 18 €

Guillaume Chevalier Librairie Mot à Mot (Fontenay-sous-Bois)

Lorsque Carlos décide d’emmener son fils Jorge avec lui pour une excursion en montagne, leur relation n’est pas idéale. Divorcé de Carmen, Carlos semble ne souhaiter qu’une chose : passer un peu de temps avec son fils. Mais la situation va très vite se gâter. Carlos se révèle incapable de communiquer avec Jorge, et l’adolescent, entre peur et culpabilité, se renferme sur lui-même. De son côté, Carmen se lance dans la lecture du manuscrit écrit par Carlos, que ce dernier lui a remis peu avant son départ. Rapidement, l’histoire contée dans le manuscrit résonne en Carmen comme une sorte de prophétie menaçante, lui faisant sentir qu’elle et Jorge seraient en danger. C’est dans ce roman à l’intérieur du roman que réside le génie narratif de l’auteur. Près d’un tiers des chapitres du livre sont des extraits du fameux manuscrit écrit par Carlos, retraçant un enlèvement qui tourne mal. Et le lecteur, tout comme Carmen, passe son temps à lire entre les lignes et à émettre beaucoup d’hypothèses.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@