Chronique Revolver de Nakamura Fuminori

Alors qu’il se balade sans but un soir, Nishikawa, jeune étudiant, découvre un corps sans vie qui tient un revolver à la main. Sans qu’il puisse clairement se l’expliquer, une envie irrépressible le saisit : prendre l’arme discrètement et rentrer chez lui sans prévenir la police. Mais le revolver va très vite exercer sur lui une inexplicable fascination, qui entraînera Nishikawa sur un chemin dangereux… Revolver est un de ces romans bizarres, à la thématique hors du commun, qui nous plonge dans la tête d’un jeune homme au premier abord nonchalant, lisse, détaché de tout, mais dont les multiples failles vont apparaître au fur et à mesure que sa dépendance à l’arme s’intensifie. Noir, inquiétant et haletant, ce livre brosse le portrait psychologique fin et maîtrisé d’une dérive dont on se demande, longtemps après avoir refermé le livre, si elle aurait pu être évitée. Après l’excellent Pickpocket, Nakamura Fuminori nous offre un nouveau roman à la mécanique implacable, qui l’impose incontestablement comme un des grands auteurs japonais d’aujourd’hui.

 

Guillaume CHEVALIER (Mot à mot - 94120 Fontenay-sous-Bois)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@