Chronique Petit Frère de Alexandre Seurat

Guillaume Chevalier Librairie Mot à mot (Fontenay-sous-Bois)

Dans ce roman à la première personne, le narrateur nous conte l’histoire de sa famille, et plus particulièrement celle de son petit frère, mort d’une overdose alors qu’il n’était encore qu’un jeune homme. Entre présent et passé, se dessine le portrait de ce petit frère qui, très tôt dans l’existence, exprimera un malaise, une inadaptation au monde qui l’entoure. Tour à tour excentrique ou dépressif, différent et décalé, il apparaît comme le réceptacle des disfonctionnements de la cellule familiale. Roman du deuil et de la culpabilité, Petit Frère ausculte les dynamiques toxiques comme l’absence d’affects des parents ou les silences pesants. Le narrateur lui-même, tout en éprouvant beaucoup d’affection pour son frère, ne cesse de se dérober face à la lente dégradation de son état mental. Après La Maladroite (Le Rouergue et Babel), Alexandre Seurat explore à nouveau un destin brisé, dans un texte éprouvant mais poignant, ramassé mais riche, toujours pertinent dans son propos comme dans sa construction.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@