Dossier À boire et à manger, t. 3 de Guillaume Long

L’art culinaire et le 9e art ont plus de points communs qu’il n’y paraît. Ne dit-on pas avoir « dévoré » une BD, surtout quand le dessin est de qualité et le scénario bien ficelé ? Oserais-je une blague sur le rôti (ficelé/rôti, vous voyez le lien…) ? Non. Pourtant, je pourrais…

… Je pourrais parce que Guillaume Long, illustrateur et auteur d’un blog culinaire pour le magazine du journal Le Monde, lui, ne s’en prive pas ! Ce troisième tome de À boire et à manger, dans la veine des deux précédents, est une réussite. Si, comme moi, vous êtes amoureux(se) de la bonne chère mais une vraie catastrophe en cuisine, cette BD va vous décomplexer, vous donner envie de manger, certes (mais ça vous savez déjà faire !), mais aussi envie de cuisiner… entre deux tranches de franche rigolade. Le ton décalé de l’auteur, ses jeux de mots et associations d’idées qui frôlent parfois l’absurde mettent invariablement de bonne humeur. Ajoutez à cela l’intervention de personnages plus ou moins farfelus (Joël Reblochon, Monsieur Gallimard ou Jean-Kevin) et vous aurez la « recette » d’une excellente BD (Bon, ok, mes jeux de mots à moi sont pas terribles… mais j’suis pas écrivain, non plus !). Parce que ce n’est pas qu’un livre de cuisine. C’est aussi, et surtout, un album drolatique dans lequel l’auteur se met en scène avec un solide sens de l’autodérision. Chaque recette fait rire tout en instruisant. Vous apprendrez des trucs insensés pour briller en société (enfin, bon, faut quand même que la conversation tourne autour de la nourriture sinon vos remarques, ben, elles risquent d’arriver comme des cheveux sur la soupe – Hi ! Hi ! Hi !) : le cycle de la vie d’un bananier, le goût du cardon ou de la puntarella (si, si, ça existe !), le nom d’au moins huit variétés de pommes, etc. Dernier bon point, le graphisme. Un trait tout en rondeur et des couleurs pétillantes qui rendent le tout très, très « appétissant ».Ok, c’est promis, c’est mon dernier mauvais jeu de mot culinaire ; à moins que… … À moins que je ne puisse résister à l’envie de vous parler d’un autre album (de l’excellente et protéiforme collection « Métamorphose »), un beau livre de « gourmandises » (comme son titre l’indique) scénarisé et illustré par Adolie Day, dont les exquises Pin up pimentent agréablement les recettes du pâtissier Vincent Guerlais. C’est un album de filles, ne nous voilons pas la face, mais peut-être connaissez-vous une fille (votre mère, votre sœur, votre amoureuse) ou êtes-vous vous-même une fille aimant le glamour, les petits plaisirs sucrés (coupables ou non) et les couleurs pastel. Dans ce cas, n’hésitez pas et plongez-vous dans cet ouvrage à dévorer des yeux, mais pas que… À offrir ou à s’offrir, donc, deux albums de qualité sur un même thème, mais radicalement différents dans le ton et la forme, qui en raviront plus d’un(e). Y a pas à dire, avec la BD, y en a vraiment pour tous les « goûts » (désolée, j’ai pas pu résister). Bonne dégustation !

Audrey Dubreuil Librairie Privat (Toulouse)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@