Chronique Presque de Yoram Kaniuk

  • Yoram Kaniuk
  • Traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz
  • Fayard
  • 13/01/2016
  • 126 p., 12 €

MANUEL HIRBEC, Librairie La Buissonnière, Yvetot

Dans son ultime roman, Yoram Kaniuk met en scène Orlov, un vieux peintre désabusé qui s’est fait une spécialité de représenter les morts. Sollicité par Magda, dont le mari immensément riche vient de mourir, il se rend à son domicile pour représenter cet homme qu’il ignorait jusqu’alors et qui fut pourtant son seul collectionneur. Dans l’huis clos nocturne de la chambre du mort, Magda et Orlov vont délicatement se mettre à nu et révéler le récit de leur destin tumultueux aux ascendances inconciliables et troublantes, chacun se frayant une voie dans les méandres de la vie, aussi inaccomplie soit-elle. Loin d’être morbide, Presque est une merveille littéraire, brève et intense, dans laquelle l’art, l’amour, la mort et la célébration de la vie se croisent. Comme le peintre qui contemple la mort pour en faire surgir un souffle de vie et révéler la part invisible des êtres, Yoram Kaniuk contemple les vivants par le truchement d’une écriture sensible et paisible, créant un doux attachement pour chacun de ses personnages.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@