Chronique Un certain M. Piekielny de François-Henri Désérable

Véronique Marchand Librairie Le Failler (Rennes)

Il arrive qu’on croise la route d’un personnage de roman qui nous accompagne intimement depuis longtemps. Un train raté, la déambulation dans une ville inconnue. Soudain, une plaque sur une maison et c’est l’émotion.

Deuxième sélection du Prix Goncourt 2017

Deuxième sélection du Prix Médicis 2017

Première sélection du Prix Femina 2017

Première sélection du Prix Interallié 2017

Dans le ghetto de Wilno, vivait un petit garçon à qui sa mère promettait un avenir extraordinaire. Il deviendrait général, Ambassadeur de France, D’Annunzio, assenait-elle. Seul un voisin ne se gaussait pas de cette prédiction. « Les mères sentent ces choses-là. Peut-être deviendras-tu vraiment quelqu’un d’important. Peut-être même écriras-tu dans les journaux ou des livres », disait-il au garçonnet. Des encouragements suivis d’une requête : « Quand tu rencontreras de grands personnages, […] promets-moi de leur dire : au no16 de la rue Grande-Prohlanka, à Wilno, habitait M. Piekielny. » Romain Gary, puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’a jamais failli à sa promesse faite à l’homme « qui ressemblait à une souris triste […] et qui a terminé sa minuscule existence dans les fours crématoires des nazis ». Quand François-Henri Désérable passe son bac, il n’a lu qu’un livre du programme, La Promesse de l’aube. Lu et relu, tant ce roman le transporte. Et miracle – ou signe du destin ? –, la question tombe : « Que pouvez-vous me dire sur le chapitre VII de La Promesse de l’aube ? ». Quelques années plus tard, M. Piekielny, qui s’est doucement effacé de sa mémoire, réapparaît dans sa vie grâce « à une série d’événements hétéroclites en apparence anodins » qui vont l’inciter à enquêter et écrire sur ce personnage qui l’a tant marqué. Et le lecteur de suivre F.-H. Désérable dans une formidable quête qui, si au début ne le concerne pas vraiment, va très vite le passionner. De M. Piekielny à l’énigmatique Romain Gary, il n’y a qu’un tout petit pas, de Gary à « l’invention de la vérité », il y en a un autre qui ne cesse de nous fasciner. Avec sa fausse désinvolture, sa faconde, son intelligence et son art de la construction, F.-H. Désérable nous charme et nous convainc une fois de plus.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@