Chronique Mauvaises herbes de Dima Abdallah

Véritable coup de cœur pour ce premier roman bouleversant. Nous suivons le parcours d’une famille libanaise confrontée à l’exil, à la perte, à la guerre, du point de vue d’une petite fille (qui grandit au fil du texte) et de son père, dans un jeu de mise en parallèle de leurs difficultés. Elle ne veut pas contrarier ses parents. Aussi, même quand elle a peur, elle ne dit rien, elle prend sur elle. C’est parfois tellement dur qu’elle a du mal à respirer. Mais il y a aussi tous ces minutes de bonheur, même si elles se passent (un peu trop) de mots°: moments partagés avec ce père adoré, instants sur le balcon à s’occuper des plantes, sorties de l’école main dans la main... jusqu’à la déchirure, le départ du pays, l’éloignement. Un roman empreint de poésie, qui explore les méandres de la mémoire et de la transmission. Quand les mots ne suffisent pas, quels sont les gestes, les odeurs, les souvenirs qui perdureront au-delà des silences°?

Maria Ferragu Librairie Le Passeur de l'Isle (L'Isle-sur-la-Sorgue)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@