Chronique La Chute des Princes de Robert Goolrick

François Reynaud Librairie des Cordeliers (Romans-sur-Isère)

Les larmes aux yeux, j’ai terminé la lecture fiévreuse de ce texte incroyablement lumineux de Robert Goolrick, qui revient sur une période qu’il semble avoir trop bien connue : le New York des années 1980 et ses abus – déjà croisés dans les romans de McInerney. Trop de fric d’abord. Une avidité inouïe ! Trop de came ensuite, trop de sexe, trop d’alcool, l’excès pour seule limite et une morgue incroyable dans le regard posé sur le reste du monde, ce pauvre monde qui n’est pas de la fête. Retour sur cette période à travers la confession d’un broker de Wall Street, encore tout étonné, trente ans plus tard, d’être ressorti vivant de ces années de gloire puis de désolation où beaucoup ont laissé leur peau. L’écriture de Goolrick est touchée par la grâce d’un ange fitzgéraldien. Une élégance incroyable pour faire le portrait de beautés overdosées, de courtiers au cynisme aveuglant et de relations qui ressemblent à l’amitié et finissent la peau sur les os, la peur au ventre et le sida pour dernier frisson. Le retour de bâton fait un carnage. Mais il y a tellement d’amour dans cette prose, que oui, la chute de ces princes est digne de nos larmes.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@