Chronique Un dieu un animal de Jérôme Ferrari

François Reynaud Librairie des Cordeliers, Romans-sur-Isère

Parce que leur vie d’adulte n’est pas à la hauteur des rêves de leur enfance, parce qu’un regard lucide posé sur le monde peut être ravageur et laisser celui qui le porte terriblement démuni, sans espoir ni dieu auxquels se raccrocher, un jeune homme corse et une jeune femme, consultante dans une entreprise, vont connaître l’expérience douloureuse de leur insoutenable légèreté. Pourtant, ils auraient pu être heureux, chacun de leur côté, pareils à des millions d’êtres humains confortablement installés dans la confiance que portent en eux leurs proches, avec un avenir tout tracé, une place dans la société. Il leur suffisait d’en accepter le rôle, de prendre leur place dans l’engrenage. Ils y avaient droit. Alors à quel moment les choses ont-elles mal tourné ? Jérôme Ferrari pose un regard désabusé sur une génération perdue à qui on ne propose qu’un éventail d’impasses. Son texte romantique dit la déréliction d’une jeunesse qui se rend compte, mais un peu trop tard, qu’une société est là, bien installée, et qui a tout prévu pour elle.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@