Chronique Sur la scène intérieure de Marcel Cohen

Olivier Renault Librairie L’Arbre à Lettres (Paris 14e)

On ne peut que s’étonner du fait que Marcel Cohen soit resté dans l’ombre si longtemps, connu seulement de quelques amateurs admiratifs du Grand paon-de-nuit (Gallimard) ou des Faits (1, 2, 3) (Gallimard) : injustice enfin réparée. Sur la scène intérieure est un reliquaire émotif. Ce livre évoque le souvenir des disparus de la famille de l’auteur lors des rafles de 1943 : sa mère Marie, son père Jacques, une petite sœur à peine connue enlevée à l’âge de sept mois, oncles, tantes, grands-parents… Aux souvenirs réels s’adjoignent ceux recomposés par les récits des proches, ainsi qu’une liste d’objets ordinaires chargés d’émotion : le coquetier de la mère, le violon du père, un petit chien cousu, un cendrier en forme d’ours, une résille… À l’horreur du sort réservé à cette famille d’origine turque et juive, francophile et cultivée, répond la pudeur de l’auteur, le ton juste, le détail qui touche à bout portant. Un grand livre.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@