Chronique Le Roman de la rose de

Par Olivier Renault Librairie L’Arbre à Lettres (Paris 14e)

L’exposition qui s’ouvre à la BnF nous fait redécouvrir un grand classique de nos lettres médiévales, Le Roman de la Rose. Particularité de ce chef-d’œuvre, il s’agit d’un roman unique écrit par deux auteurs, Guillaume de Lorris d’abord, puis, quarante ans plus tard, Jean de Meun. Le premier, bourgeois, crée un univers « codifié et courtois » ; le second, universitaire, produit un monde « érudit et protéiforme ». L’un est le songeur ou l’amant, l’autre, son commentateur. Miroir et diffraction, son « ambiguïté déformante, riche d’une multiplicité de sens, est à l’origine de son succès. » Toujours lu aujourd’hui, abondamment commenté, cet « art d’aimer » est l’ouvrage profane le plus copié au Moyen Âge (après Dante) : environ 300 manuscrits conservés. Sous vos yeux ils défilent, accompagnés de leurs splendides enluminures ; ils sont pour vous expliqués, décodés, dans un joli format souple (et accessible).

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@