Chronique Sauvage de Nina Bouraoui

PASCHAL DOMINIQUE, Librairie PRADO PARADIS, Marseille

C’est un curieux mélange de conte merveilleux et de roman noir que nous offre Nina Bouraoui. Une enquête et une quête pour Alya à la recherche 
de Sami et d’elle-même transcendées par une écriture sauvage et poétique.


Alya coulait une adolescence heureuse dans la belle ville d’Alger. Dans sa résidence, elle avait un ami, Sami, son alter ego, dont elle pleure la disparition depuis un an. Bouleversée psychologiquement, elle a renoncé au lycée et écrit ses pensées, ses sentiments. Pourtant, elle sait qu’un jour viendra où elle pensera moins à lui, où sa vie sera plus douce. Pour l’heure, elle est partagée entre ses souvenirs avec Sami et son quotidien, « le temps normal », dit-elle. L’atmosphère de l’immeuble est chaleureuse, grouillante de rires, de cris, de musique, la fête se prépare, les années 1980 commencent, la vie pourrait être délicieuse. On écoute toutes sortes de musiques, de Sheila aux Pink Floyd en passant par Elvis. Souvent, Alya se demande comment va arriver l’oubli de son premier amour. La meilleure amie de sa sœur, Fatia, communique avec l’au-delà et lit dans les cœurs. Elle propose une séance à l’adolescente meurtrie. Mais Sami ne répond pas. Alya parle alors avec Dieu, avec l’univers, avec le cosmos, prenant conscience de son appartenance à l’universalité. Dans un phrasé scandé, dans un rythme de pop music, la pensée, les questions s’égrènent et l’on se prend à pressentir que la naissance de l’écrivain Nina Bouraoui se précise à travers ces pages d’écriture que la narratrice s’oblige à remplir. Les images et les parfums d’un séjour à Cherchell assaillent Alya. Et le rappel de cette plage immaculée, découverte sous une lumière blanche, apaise quelque peu sa douleur. Oui, ils eurent des moments où ils se croyaient les maîtres du monde, et dans ces moments, ils étaient certains de ne jamais devenir des adultes. Alya n’oubliera pas, elle devra vivre sa vie différemment. Très sensible à son environnement, elle ressent les angoisses qui rodent, les peurs glaçantes, pétrifiantes, ou les peurs chaudes sous-tendues par le désir. La montée de l’islamisme et le mysticisme se côtoient dans l’Algérie pleine d’interrogations de cette époque. Un roman troublant et émouvant.


Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@