Chronique Le Bouclier d’Alexandre de Agnès Verlet

Dominique Paschal Librairie Prado Paradis (Marseille)

La narratrice, Neuvième d’une famille bourgeoise de dix enfants – composée de quatre frères, nés avant la Seconde Guerre mondiale, d’un frère, blond aux yeux bleus, et d’un autre clan de trois filles et deux garçons –, tente, par l’écriture, de percer un « secret honteux ». Elle sait, ou pressent sans que rien ne soit formulé, que le Cinquième, Paul, occupe une place différente dans cette fratrie où l’indifférenciation est pourtant reine. Pourquoi a-t-il quatre mois de plus que sa sœur la Sixième, qui en fait était dans la fratrie la Cinquième ? Une enquête au bout d’elle-même et de ses frères-et-sœurs pour briser ce silence tellement assimilé, cette omission destinée à protéger Paul. Son père, résistant de la première heure, historien d’art renommé, s’est tu sur son engagement, comme il s’est tu à propos de Paul, orphelin juif qu’il a sauvé et adopté. Agnès Verlet traite avec émotion du problème de l’identité - le nom de naissance, le nom d’emprunt - pour aider à survivre.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@