Chronique Sonny Liston était mon ami de Thom Jones

  • Thom Jones
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jacqueline Huet et Jean-Pierre Carasso
  • Coll. «Coll. « Terres d’Amérique »»
  • Albin Michel
  • 03/11/2011
  • 400 p., 24 €

AURÉLIE PASCHAL, Librairie PRADO PARADIS, Marseille

On avait adoré les précédents recueils de Thom Jones, Le Pugiliste au repos et Coup de froid. Il est de retour, comment ne pas s’en réjouir !

« Sonny Liston était mon ami » ouvre le nouveau recueil de Thom Jones. Cette nouvelle raconte l’histoire de Kid Dynamite, boxeur sur le point de livrer un combat pour le titre. C’est un combat important pour Kid Dynamite, un combat décisif, et il ne bénéficie pourtant d’aucun soutien de la part de ses proches. Il se sent seul et démuni face à l’hostilité du monde. L’indifférence avec laquelle il est traité par sa mère et son beau-père en particulier, ne fait qu’exacerber un peu plus la haine qui le submerge et dont il parvient néanmoins à se libérer par la boxe. Ancien boxeur, ancien Marine, Thom Jones nous fait partager, par le biais de ses histoires, les différents métiers qu’il a exercés. Il puise son inspiration dans son passé, dans cette vie qu’il menait avant de décider de la raconter par l’écriture. Tous ses personnages ont un point commun : ce sont des gueules abîmées par la vie, des individus vivant en marge de la société, ce sont des boxeurs, des vétérans de la guerre du Vietnam, des marines… qui tous ont à cœur de mener leur ultime combat. Un style coup de poing, c’est ce qui définit le mieux l’écriture de Thom Jones.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@