Chronique Polars, philosophie et critique sociale de Philippe Corcuff

DOMINIQUE PASCHAL, Librairie Prado Paradis, Marseille

« Ce monde ne sent pas très bon mais c’est celui où l’on vit », écrivait Raymond Chandler en 1944. La portée philosophique de cette remarque pose des questions au sens de notre existence et «aux réactions morales vis-à-vis des aléas et des déboires de la quête de sens». La portée sociologique-critique de ces interrogations se situe dans des sociétés « où l’on vit » au milieu des inégalités. Le roman noir américain, instrument de critique sociale, met l’accent sur les zones grises de nos vies. En grand connaisseur de ce genre littéraire, Philippe Corcuff ausculte l’extrême scepticisme de Robin Cook et la quête d’absolu de James Lee Burke. Le désenchantement de Goodis et les fragilités existentielles des anti-héros de Dennis Lehane traduisent une virulente interpellation de la dureté du capitalisme.

 

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@