Chronique Le Palais des orties de Marie Nimier

Nicolas Mouton Librairie Presse papier (Argenteuil)

Le Palais des orties : l’expression frôle l’oxymore. C’est la demeure des reines, envahie par la plante la plus vile et la moins appétissante. Et pourtant, que de délices, de vivacité, d’humour et de passion dans cet étonnant roman ! Une ancienne ferme reconvertie dans la culture de l’ortie, où quatre membres d’une famille cultivent un certain idéal de pureté, va voir son harmonie perturbée par l’arrivée d’une jeune et séduisante « woofeuse ». C’est un quatuor dans une symphonie de vert, dissipé par une virtuose de la variation. Mais ce palais n’est-il pas aussi le lieu où se forme le langage, qui retient secrets et silences, et où les langues se mêlent pour s’aimer ? Agacé et excité par la saveur de l’ortie, il révèle les corps et les fantômes enfouis. « Nous portions la même histoire, celle de ces enfants qu’on a laissé pleurer et dont le cuir ne s’est pas endurci. » Ce grand roman d’amour se lit dans l’allégresse et vous laisse bouleversé.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@