Chronique Les roses blanches de Gil Jouanard

Gil Jouanard, découvert en ses jeunes années par René Char, n’a cessé de semer sur son chemin divers textes écrits dans une prose poétique magnifique de simplicité.

Que l’héroïne de ce roman vrai nommée Marie ait été désignée Juliette dès sa plus tendre enfance n’est que de peu d’importance pour la suite du récit. Juliette est née dans une région farcie d’archaïsme, le Gévaudan du xxe siècle. Dès l’âge de 8 ans, elle fut placée comme bergère dans une ferme. Puis elle put rejoindre la ville en devenant domestique chez un couple de bourgeois. Malgré un début de vie misérable, cela ne l’empêchera pas de se retrouver quelques années plus tard à la fête du Front populaire. Gil Jouanard nous fait découvrir la vie de Juliette, qui, au fil de ces idylles, s’installa en France puis en Allemagne d’après-guerre, en passant par le Far East américain. Pour raconter cette existence picaresque, il faut tout de même beaucoup d’humour. Gil Jouanard n’en manque pas. Il montre comment Juliette (qui s’avère être sa mère) a réussi inlassablement à relever la tête malgré les difficultés et comment la rage de vivre lui ouvrit toutes les portes. Toutes sauf une. La plus importante, celle qui sauve, celle qui mène à soi. Cependant, on ne peut s’empêcher de s’attacher à Juliette, un personnage qui fait à la fois rire et pleurer.

Delphine Bouillo Librairie M’Lire (Laval)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@