Chronique UnPur de Isabelle Desesquelles

Avec UnPur, Isabelle Desesquelles se saisit d’un sujet difficile et donne la parole à ses personnages sans que sa plume ne dévie jamais. Avec force, beauté et élégance, UnPur est l’un des grands romans de la rentrée.

Benjamin et Julien, frères jumeaux, forment avec leur mère un trio plein d’amour et de fantaisie, auquel s’ajoutent les grands-parents, bienveillants et aimants. Le bonheur les emplit, l’aventure est quotidienne et cette maman fait de la vie un monde merveilleux. Jusqu’au jour où, lors d’un voyage à Venise, un homme croise le chemin des garçons et en choisit un. Ce sera Benjamin. Quarante ans plus tard, commence le procès du ravisseur que Benjamin appelle le Gargouilleur. Entre temps, il aura eu le temps de détruire l’enfance et la joie, mais ce jour-là, c’est sa victime que l’on juge. De l’Italie à l’Amérique latine en passant par la France, nous suivons Benjamin dans sa descente en enfer mais aussi dans sa volonté de vivre, d’être digne, toujours, de lutter contre ses propres pulsions transmises par le monstre, loin de l’Europe, jusqu’à sa tentative de retour vers l’avant et nous restons comme en apnée jusqu’aux dernières lignes, happés par la beauté et la force de ce roman. Isabelle Desesquelles donne ici encore voix à l’enfance brisée, prête ses mots à l’indicible, d’une écriture encore plus forte que dans son précédent roman, Je voudrais que la nuit me prenne (Belfond et Pocket), pour lequel elle a obtenu le prix Femina des lycéens en 2018. Sans aucune concession, elle aborde de front ce que l’on peut redouter le plus, ce qui dépasse la frontière du dicible et du mal, et dissèque avec une écriture poétique et précise à la fois les tréfonds de la pensée humaine. Avec force, elle nous mène jusqu’au bout, sans que nous puissions lâcher ce livre, dans les méandres de l’infâme, comme peu d’écrivains français savent le faire. Chaque mot est à sa place, chaque image est une claque magnifique, chaque étape est une surprise. UnPur est un roman splendide et bouleversant dont il faut absolument s’emparer.

VALÉRIE BARBE, Librairie Au Brouillon de culture, Caen

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@