Chronique Nous étions faits pour être heureux de Véronique Olmi

Par Virginie Lannoy Librairie Majuscule (Armentières)

Beaucoup d’amour et de dureté pour un texte fort, qui nous livre les secrets intimes du héros, Serge. Deux personnages emblématiques, un véritable parcours initiatique.

Suzanne, accordeuse de piano, se rend chez Serge, à Montmartre, pour s’occuper de l’instrument de son fils aîné. Elle est mariée, lui aussi. À 60 ans, il semble posséder tout ce dont rêvent les hommes, un métier, une jeune femme « parfaite », deux beaux enfants. Cependant, il est immédiatement séduit par Suzanne et cherche à la revoir. Il y parvient et entame une liaison amoureuse et passionnée avec elle. Au long de leurs rencontres, Serge se dévoile à sa maîtresse et lui confie les souvenirs de son enfance sous la coupe d’un père cruel, autoritaire, violent, alcoolique et finalement meurtrier. Pourquoi Serge, qui a une vie professionnelle et amoureuse harmonieuse, s’attache-t-il à cette femme très « ordinaire » ? Pourquoi lui livre-t-il son cœur et des secrets terribles qu’il avait toujours dissimulés ? Il lui dit aussi cette adolescence meurtrie, passée entre les quatre murs d’un pensionnat, loin de tout, loin des siens. Puis la découverte que celui qu’il croyait être son père était en réalité un étranger. Le roman relate la vie, la survie d’un homme que des souvenirs d’enfance trop douloureux finissent par terrasser. Nous étions faits pour être heureux est le dixième roman de Véronique Olmi. Dramaturge, comédienne, nouvelliste et romancière, elle a déjà obtenu deux prix littéraires. Ses pièces et romans sont traduits en de nombreuses langues.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@