Chronique Marche blanche de Claire Castillon

Hortense avait 4 ans quand elle a été kidnappée dans un square. Dix ans après, toujours aucune nouvelle. Carl et sa femme subissent les mêmes regards voyeurs du voisinage, les mêmes marches blanches, inlassablement. Car chacun rejette l’idée même de sa mort. Hortense est quelque part. Puis arrivent de nouveaux voisins – des gens tout neufs – qui s’installent en face de ce couple brisé. Leur fille a 14 ans, l’âge qu’aurait Hortense aujourd’hui, et la même cicatrice sur la lèvre supérieure. Il n’en faut pas plus pour que cette mère déchirée, d’une fragilité extrême, se persuade qu’il s’agit de son enfant disparue, laissant libre court à sa démence. Ce roman enfiévré et intime, véritable journal d’une mère tourmentée, s’intéresse à la folie comme une réponse à la douleur, mais également aux masques qu’elle prend. Car qui est réellement cette femme qui nous parle ? Les monstres ont plusieurs visages et ne sont pas toujours ceux qu’on croit.

Alexandra Villon Librairie La Madeleine (Lyon)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@