Chronique Limonov de Emmanuel Carrère

DANIEL BERLAND, Pigiste , Paris

Mais qui est donc Limonov ? Depuis 1982 et son Journal d’un raté jusqu’au récit que lui consacre Emmanuel Carrère, Edouard Limonov agace, irrite, fascine et déroute. Contradictoire, insaisissable et provocateur, l’homme qui rêvait sa vie comme une magistrale fresque romanesque s’est cherché partout, en tout, jusque dans les marges sexuelles et politiques les plus extrêmes. L’étonnant et détonnant Limonov est assurément parvenu à faire de sa vie un roman, dont le héros raté aurait réussi à écrire et à vivre. Et derrière ce parfait raté se dessine, abominable et fascinant, le portrait du dernier des « possédés » dostoïevskiens décrit par Emmanuel Carrère. L’homme, poète et provocateur, se nourrit au sang de sa révolte et se laisse guider par une seule urgence : l’action. En suivant la piste du personnage, c’est une genèse post-soviétique que dévide l’auteur, celle d’une génération en mal d’Histoire et de repères. Un exercice littéraire remarquable sur une vie qui se révèle, après tout, pas si merdique que ça.

 

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@