Chronique Les Pianos perdus de Sibérie de Sophy Roberts

Marie-Ève Charbonnier Librairie Paroles (Saint-Mandé)

À travers ce récit en dix-sept chapitres qui balayent une multitude de règnes, de personnages, de légendes, de Catherine II de Russie à Vladimir Poutine, Sophy Roberts nous raconte de façon romanesque et passionnée sa quête du piano parfait, parmi tous ceux dont la trace a été perdue dans les méandres de l’Histoire.

Été 2015, Sophy Roberts, déjà attirée par cette région symbolique et mystérieuse qu’est la Sibérie, fait la rencontre d’Odgerel Sampilnorov, pianiste professionnelle. Leur ami commun, un Allemand installé en Mongolie, organise pour elle des concerts dans sa ger, sur un Yamaha demi-queue qui a perdu de sa superbe. Le son n’est pas assez bon pour le talent de la pianiste. Il met au défi son amie Sophy de retrouver pour elle un des « pianos perdus ». La journaliste le prend au mot et ce sont alors plusieurs années d’une enquête passionnée qui démarrent. Première surprise : il y a des pianos en Sibérie et ils sont nombreux ! Par quels chemins détournés le hasard s’y est-il pris pour les semer le long des villes de cette région reculée et désertique ? Le découvrir est une des belles révélations du livre. Tout au long de ces chapitres, ordonnés autour de trois parties chronologiques, on vogue de rencontre en anecdote. On entend parler du dernier piano de la dernière tsarine, du jazz russe des années 1920, de la 7e symphonie de Chostakovitch qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, tira les larmes des habitants de Novossibirsk et des soldats allemands qui l’occupaient. Et de tant d’autres choses ! Il y a les pianos que l’auteure retrouve et ceux dont la trace se perd. Et puis il y a les pianos sans histoire, ceux qui sont là, posés quelque part, mais dont plus personne ne connaît le passé. Pour ceux-là rien à faire, ils sont sans âme car « un objet perd de sa signification quand l’histoire de son propriétaire s’est perdue ». Ces récits s’enchevêtrent, brossant le portrait d’une Sibérie inconnue, bien au-delà de l’image terrible que le nom porte habituellement. Kolyma, goulag, froid polaire laissent la place à l’amour de la musique, à des gens passionnés et ouverts, à des paysages sublimes. Au-delà de la quête (il faut lire le livre pour savoir si les recherches aboutissent à la découverte du piano parfait !), c’est bien le chemin parcouru qui nous emporte. Et c’est le chemin plus encore que le point d’arrivée qui, on le sait, fait le plus beau voyage.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@