Chronique La Mort du roi Tsongor de Laurent Gaudé

Pauline Girardin Librairie Les beaux Titres (Levallois)

Massaba, capitale d’une Afrique mythique fédérée par les guerres du roi Tsongor. Celui-ci prépare les noces de sa fille Samilia avec le prince Kouame, mais un autre prétendant se présente. Devinant le conflit à venir, Tsongor envoie son plus jeune fils lui bâtir sept tombeaux aux confins de l’Empire. La nuit même, il meurt de la main de son ami Katabolonga – à cause d’une vieille promesse –, et se condamne aux limbes. Bien que Samilia refuse de choisir, la guerre éclate. Impuissante, dévastée, l’âme du roi verra défiler les guerriers morts au combat, du premier jusqu’au dernier. Goncourt des lycéens en 2002, La Mort du roi Tsongor reparaît en édition collector, comme pour mieux nous plonger dans les tumultes de cette langue puissante, dense, hypnotique. Ce deuxième roman de Laurent Gaudé explore la vanité humaine, son orgueil, sa folie guerrière et, surtout, la honte que l’homme s’inspire à lui-même. Quinze ans après sa première parution, le propos est plus que jamais d’actualité.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@