Chronique Mon père de Grégoire Delacourt

Avec Mon Père, Grégoire Delacourt garde les fils rouges de son travail littéraire, les aiguise encore et les approfondit : la famille, le silence. En réalité, des pères, il y en au moins trois dans cette histoire : celui dont la colère éclate dès les premières pages, Abraham et le prêtre en charge de l’église que le premier saccage. Le prêtre et le père vont rester enfermés, à parler, trois jours durant – vendredi, samedi, dimanche –, le temps potentiel d’une résurrection. Si ce roman est sans nul doute une réécriture de l’histoire biblique d’Isaac, leur dialogue est si fort que le texte sacré est mis à la question : sur sa violence intrinsèque, sur cette foi en la puissance salvatrice du Verbe. Évidemment, la littérature est aussi questionnée : libérer la parole suffit-il pour rendre vie à une humanité détruite ? Mon Père est un cri de chagrin, d’impuissance, de rage : un appel vibrant à la vie, une clameur salvatrice dans notre époque encore rendue sourde par la bienséance.

Pauline Girardin Librairie Les Beaux Titres (Levallois-Perret)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@