Chronique La Maison de soie de Anthony Horowitz

JEAN-MARIE DAVID-LEBRET, Librairie Sauramps Polymômes, Montpellier

Rares sont les personnages qui, à l’égal de Sherlock Holmes, ont fasciné autant de générations de lecteurs. Pour la première fois depuis la mort de Sir Arthur Conan Doyle, ses ayants droits ont autorisé la publication d’une nouvelle aventure du détective. Anthony Horowitz donne un nouveau souffle au héros.

Créé par sir Arthur Conan Doyle en 1887, Sherlock Holmes est devenu l’enquêteur le plus populaire de la littérature anglaise et l’archétype même du détective privé. Si l’ensemble de ses aventures se réduit à quatre romans et cinquante-six nouvelles, une énorme quantité de suites et d’aventures parallèles ont été publiées par de nombreux auteurs, prenant plus ou moins de liberté avec le personnage original. Jusqu’à présent, aucun de ces pastiches aux qualités littéraires variables n’avait reçu l’aval des ayants droits. Mais la Fondation Doyle, afin de faire connaître Sherlock Holmes aux nouvelles générations en les amenant à lire les originaux, a chargé Anthony Horowitz d’écrire une suite « autorisée ».

Le manuscrit de cette enquête consignée par le Dr Watson, resté scellé dans un coffre pendant cent ans, raconte de troubles événements qui impliquent de trop puissantes personnalités pour apparaître au grand jour. Les années étant passées, on peut supposer que les graves révélations contenues dans le manuscrit centenaire auront des incidences limitées… Tout commence en novembre 1890. Un marchand d’art craint pour sa vie. Il supplie Holmes de l’aider et lui raconte l’histoire troublante d’un Américain balafré qui semble lui vouloir du mal. Dès le début de leur enquête, Holmes et Watson se retrouvent entraînés dans une série d’événements curieux et sinistres. Ils tomberont sur la piste de la Maison de Soie, organisation criminelle aussi dangereuse que mystérieuse.

Il est difficile de raconter l’intrigue de ce roman aux multiples rebondissements. Le lecteur prend plaisir à retrouver l’excentrique Sherlock Holmes montrant ses talents de déduction, mais aussi à le voir se sortir d’un piège. Après Études en noir, derniers textes de Doyle publiés à L’Archipel en 2004, La Maison de Soie peut être considéré à juste titre comme le cinquième roman de Sherlock Holmes. Anthony Horowitz, auteur de plus d’une vingtaine de romans destinés à la jeunesse, a souvent affirmé que Doyle a été une source d’inspiration pour son travail. S’illustrant avec succès dans des registres aussi variés que l’espionnage – avec sa série Alex Rider –, le fantastique ou l’horreur, il est aussi le scénariste de séries TV comme Inspecteur Barnaby et Hercule Poirot. Fort de cette expérience, il a acquis une technique dans la construction des intrigues diaboliques. On sent qu’il a pris beaucoup de plaisir à écrire cette aventure où transparaît sa passion pour la littérature de l’époque victorienne, à s’immerger dans le xixe siècle, à imiter, à s’y méprendre, le style de Conan Doyle. Tout en restant totalement fidèle à l’esprit des livres de Conan Doyle, La Maison de Soie est une aventure de premier ordre pour un lectorat moderne. À grand renfort promotionnel et pour cibler tous les publics, le livre sort simultanément en France chez Hachette pour les adolescents et chez Calmann-Lévy pour les adultes – le texte et le prix sont identiques. Pour les cinéphiles, Sherlock Holmes reviendra au cinéma dans une nouvelle aventure en janvier 2012. Le film dans lequel jouait Jude Law en 2009 avait rassemblé deux millions de spectateurs. Le célèbre détective de Baker Street n’a jamais été autant à la mode !

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@