Chronique Jouer aux fantômes de Didier Lévy

Bénédicte Cabane Librairie des Danaïdes (Aix-les-Bains)

Un petit garçon nous raconte qu’il joue aux fantômes avec sa maman. Le lecteur, petit ou grand, comprend peu à peu que cette mère courage et son enfant n’ont plus de logement et qu’ils « squattent » la nuit des appartements en attente d’être loués ou vendus. Didier Lévy aborde ainsi avec pudeur un des problèmes majeurs de nos sociétés : les sans-abri. Certains diront que ce thème ne convient pas à la littérature jeunesse et pourtant, les enfants sont concernés (le petit garçon de l’album va à l’école, par exemple, et rêve d’un avenir meilleur pour sa mère). Les illustrations de Sonja Bougaeva évoquent aussi cette minorité qui souffre en silence et tente de se faire la plus discrète possible : les teintes de l’album ne sont faites qu’à partir de couleurs froides, toutes de bleu, de vert, de gris et leurs mélanges. Il y a du Hopper dans ces tableaux très réalistes. Une belle réussite donc pour cet album militant dont un euro est reversé à la Fondation Abbé Pierre.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@