Chronique Capitaine Fripouille de Olivier Ka, Alfred

Tout le village Di Palla di pelle di polle est occupé par l’affreux banquier Jabot. Tout ? Non ! La librairie Fellini résiste encore et toujours à l’envahisseur capitaliste. Mais pour combien de temps ? Les clients se font plus rares et les dettes s’accumulent. Fabiola, son mari et leur fille Edna, au bord du découragement, voient débarquer sans prévenir le Capitaine Fripouille, père de Fabiola. Prêt à en découdre et plein d’idées, saura-t-il trouver la solution ? Retrouver le duo talentueux formé par Olivier Ka et Alfred est un pur plaisir. Dans cette aventure de cape et d’épée pensée pour les plus jeunes, tout y est. Des héros opiniâtres et plutôt libertaires, de la bagarre, des rebondissements, un méchant cupide. On sent que les deux auteurs se sont amusés en créant cet univers, aussi riche dans l’écrit que dans le dessin. Et ce qui y est dit, l’enrichissement d’un seul au détriment d’une population et l’uniformisation du village et de ses habitants, n’est pas sans titiller la fibre contestataire du lecteur. Comment résister à ce fameux Jabot et à ses clones ? Commençons déjà par lire Capitaine Fripouille.

Hélène Deschère Librairie Récréalivres (Le Mans)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@