Chronique Une métamorphose iranienne de Neyestani Mana

  • Neyestani Mana
  • Traduit de l’anglais par Fanny Soubiran
  • Coll. «Coll. « Longue distance »»
  • Çà et Là
  • 16/02/2012
  • 200 p., 20 €

Roxanne Moreil Librairie La Manœuvre, Paris 11e

Une métamorphose iranienne retrace le cauchemar vécu par le dessinateur Mana Neyestani depuis le jour où, en 2006, un dessin publié dans un magazine pour la jeunesse lui a valu d’être emprisonné, menacé et contraint à l’exil. Tout part d’un mot azéri, langue turcophone parlée par l’importante minorité azérie d’Iran, griffonné sans arrière-pensée et qui, mal interprété, a embrasé les rues iraniennes, faisant de Mana Neyestani le symbole de l’oppression du gouvernement iranien sur le peuple azéri. Durant son emprisonnement, plusieurs manifestations seront sévèrement réprimées par les autorités, causant la mort de nombreuses personnes. L’auteur parvient, avec recul et humour, à éclairer le lecteur sur les problèmes de censure dans son pays. Il a quitté l’Iran lors d’un droit de sortie temporaire et vit désormais à Paris.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@