Dossier Tous fragiles, tous humains de

  • Collectif sous la direction d’Éric Pillet
  • Albin Michel
  • 05/10/2011
  • 210 p., 14 €

Par Daniel Berland, Librairie Coquillettes, Lyon

Dans notre société productiviste, où seule la rentabilité, le paraître et la puissance semblent être considérés, il ne fait pas toujours bon avouer ses fragilités. Deux ouvrages rafraîchissants interrogent avec clarté le regard que nous portons sur le fondement même de la vie et du lien social.

Synthèse d’un colloque organisé par l’Arche à Lyon en février 2011 Tous fragiles, tous humains propose une réflexion variée et riche d’experts. Des contributeurs médecins, psychanalystes, philosophes, théologiens, économistes, journalistes, politiques ou religieux questionnent la fragilité, perçue comme élément constituant de l’humanité. N’hésitant pas à croiser leurs témoignages et expériences intimes, ils proposent un panorama étendu et précis des thèmes dans lesquels la fragilité joue, ou devrait jouer un rôle fondamental : la maladie, le handicap, le travail, la pauvreté, l’enfance, l’adolescence… De l’estime de soi à la considération de l’Autre, Tous fragiles, tous humains replace au centre du débat sociétal « une fragilité » mise à mal dans un monde où, semble-t-il, la raison du plus fort paraît souvent, bien à tort, demeurer la meilleure. Lorsque la philosophe italienne, Michela Marzano, renverse le propos d’une société qui tend à culpabiliser ceux qui ne sont pas capables de se conformer au modèle proposé, c’est pour inviter à une confiance mutuelle et à l’acceptation de nos failles réciproques. Chacune des interventions de l’ouvrage est importante, passionnante et très abordable. Les textes ont en commun de nous ouvrir l’esprit, et pour objectif de nous entraîner à vivre notre fragilité sans intention de nous en guérir. Car, comme l’indique Érik Pillet, président de l’Arche, dans son éblouissante préface : « Ce qui est en jeu n’est pas d’abord la fragilité en soi ni que nous soyons tous fragiles car c’est ainsi, que nous le voulions ou non. La vraie question est celle de notre rapport individuel et collectif à ces fragilités, celle du regard porté sur elles et des conditions relationnelles, sociales et politiques qui influencent notre vie ensemble, la détruisent ou la rendent plus vivable, plus humaine, plus féconde. » Un ouvrage qui nous propose une véritable révolution du regard et du cœur, et qu’accompagne à merveille le petit recueil de pensées illustrées sur le même thème, Paroles de fragilité.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@