Chronique Les Os des filles de Line Papin

Line Papin revient sur les lieux de son enfance, à Hanoï. Des années après, elle met ses pas dans ceux de sa mère et éclaire ainsi la famille, l’exil, la douleur, le corps qui souffre et la perte. L’auteure raconte ici son histoire, celle d’une jeune fille qui est née et à vécu au Vietnam jusqu’à l’âge de dix ans. Le récit débute en 1945 et s’achève aujourd’hui. Dans des pages magnifiques, troublantes parce qu’au plus près des émotions, l’auteure interroge sa propre histoire et son corps, malmené par l’anorexie. Line Papin n’a pas peur et cela se ressent à chaque page, tant le souffle est court, la douleur dans les os prégnante. Changeant de point de vue (on passe de la première personne du singulier à la troisième), le récit creuse les douleurs dont l’on hérite malgré soi. Les dernières pages du livre sont les plus douloureuses mais il faut parler, guérir, revenir et recommencer.

Madeline Roth Librairie L’Eau vive (Avignon)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@