Chronique Les Amochés de Nan Aurousseau

Madeline Roth Librairie L’Eau vive (Avignon)

« De la poussière, du silence, l’indifférence absolue de toutes choses, avec le soleil qui devient noir et une tristesse sans nom qui se met à couler dans vos veines. » Le nouveau roman de Nan Aurousseau (Bleu de chauffe, Des coccinelles dans des noyaux de cerise) commence un peu, dans l’écriture, sur un air de Philippe Djian. Un homme, assez misanthrope, vivant à l’écart des autres, se réveille et tout se met à aller de travers. Les miroirs pleurent, le soleil ne quitte plus le ciel et l’heure ne bouge plus. La ville est entièrement vide, à l’exception d’un serveur de café et de deux jeunes femmes, jumelles. Passionné par les livres d’astrophysique, Nan Aurousseau nous embarque dans un drôle de texte où il faut accepter de se perdre, une sorte de faille spatio-temporelle dans laquelle l’auteur parle néanmoins de justice et d’amour. Un roman écrit dans une langue superbe, avec un personnage, Abdel, qui marque forcément le lecteur.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@