Chronique Les Femmes qui lisent sont de plus en plus dangereuses de Laure Adler, Stephan Bollmann

Nadège Badina Librairie Majuscule Birmann, Thonon-les-Bains

Les femmes ont toujours lu. Voilà une vérité qui ne souffre aucune contestation ! Le premier volume de Laure Adler et Stefan Bollman était une invitation à découvrir la femme lisant ; celui-ci en est une à s’intéresser à des lectures aussi diverses que Trois femmes dans l’église , de Leibl, ou Kizette en rose , de Lempicka. La lecture peut être tour à tour pieuse et érotique, comme en témoignent ces deux exemples, ou pédagogique comme le prouve une photo de Colette instruisant Audrey Hepburn. À voir ces « jambes intellectuelles » photographiées par Cartier-Bresson, la lecture peut aussi se changer en outil de séduction, ou en prétexte amoureux lorsque Francesca de Rimini abandonne un roman d’amour pour se laisser embrasser. Surtout, la lecture comme passe-temps dépravé telle qu’elle fut considérée durant des siècles, est ici tournée en dérision, montrant au contraire que le savoir qui en découle est un formidable moyen d’émancipation.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@