Chronique Les Âges de la vie de Axel Kahn, Yvan Brohard

Par Raphaël Rouillé Librairie Sauramps-en-Cévennes (Alès)

En confrontant la vision mythologique, celle des arts et le regard moderne des sciences, Axel Kahn et Yvan Brohard analysent les conséquences du temps qui passe sur le psychisme humain. Un livre splendide et audacieux sur nos origines, notre fragilité et notre finitude.

Comme une horloge dont les aiguilles tournent inexorablement, l’existence humaine progresse par étape, par palier. De la fécondité jusqu’à la mort, dont ils se demandent si elle peut être une renaissance, Axel Kahn et Yvan Brohard déroulent le temps humain à travers une riche iconographie qui explique, complète ou illustre leur propos. Dans le chapitre intitulé « Corps parés, corps meurtris », le complément visuel est particulièrement éloquent : les corps tatoués, scarifiés ou parés de perles, de plumes ou de coquillages illustrent à merveille les développements des auteurs consacrés à l’initiation dans les sociétés premières, les rites de passage ou le rôle de ces informations visibles sur l’âge, le groupe d’appartenance, le statut, le rôle social de chacun. Dans « L’âge des amours », tandis que le texte explique la dimension proprement psychique de la relation au sein d’un couple amoureux, nous découvrons le célèbre tableau Le Baiser de Gustav Klimt, ou Idylle de Tamara de Lempicka. Un peu plus loin, nous nous retrouvons confrontés à la question sur « Les âges de la vie dans l’art occidental ». Yvan Brohard se demande si la légende du Sphinx et sa conversation célèbre avec Œdipe ne représentent pas à merveille ces trois étapes majeures de la vie qui ont tant inspiré les artistes. Les Âges de la vie par Delaunay, Le Grand Cycle de la vie, sculpture de bronze de Mauro Corda reproduite en couverture, le tableau de Picasso intitulé La Vie ou celui de Dali, La Vieillesse, l’adolescence, l’enfance ou les trois âges… au fil des pages, nous glissons vers la dimension métaphysique du livre, et les auteurs nous questionnent par exemple sur la relativité de l’existence, ses représentations et l’impact du temps qui passe sur les êtres. Avec les thèmes consacrés à la vieillesse, « Pouvoir des seniors » et « Fontaines et potions de jouvence », surgissent les questionnements des sciences à propos du vieillissement, de la médecine régénératrice ou de l’éthique et de l’esthétique. Nous comprenons que l’affaiblissement intellectuel et, en son point culminant, la maladie d’Alzheimer ou les autres formes de démence sénile, confèrent un statut précaire aux anciens. De la même façon, les auteurs remarquent que « c’est chez ceux dont l’activité psychique et les capacités de raisonnement sont les mieux préservées que surviennent de redoutables et fréquents épisodes dépressifs, conséquence de la disparition des statuts social, familial et affectif des aînés ». Qu’elle soit linéaire ou cyclique, la réflexion fondamentale qui court d’un bout à l’autre est celle de la vision du temps et de ses limites. Grâce à un mélange des genres et des disciplines, Axel Kahn et Yvan Brohard mènent sur cette question une approche transversale et érudite.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@