Chronique Certaines n’avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka

Par Daniel Berland

Prix Femina étranger

Elles n’avaient pas 14 ans lorsqu’elles ont épousé, par correspondance, de parfaits inconnus de l’autre côté du Pacifique. Depuis leur traversée remplie d’espoir jusqu’à l’étiolement de leurs rêves, Julie Otsuka nous dévoile dans ce chant choral puissant et poétique, les destins tragiques de ces jeunes Japonaises qui rêvaient d’Amérique et n’y furent finalement qu’objets de mépris à cause de leur race, avant d’être soupçonnées de trahison puis déportées dans des camps. À l’instar d’un chant gospel, les images et les voix de Certaines n’avaient jamais vu la mer résonne, tel un envoûtement, pour toujours, en chacun de ses lecteurs…

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@