Entretien Pourquoi l’amour fait mal de Eva Illouz

  • Eva Illouz
  • Traduit de l’anglais par Frédéric Joly
  • Coll. «Coll. « La Couleur des idées »»
  • Seuil
  • 20/09/2012
  • 400 p., 24 €

Propos recueillis par Raphaël Rouillé Librairie Sauramps-en-Cévennes (Alès)

Après avoir évoqué, en 2006, la transformation des émotions en marchandises dans Les Sentiments du capitalisme (Seuil), Eva Illouz aborde la place de l’amour dans la modernité et comme modernité. Par le biais de la sociologie, elle nous explique les mutations du désir et la véritable compétition des marchés amoureux.

De plus en plus façonnées par les institutions, les identités modernes se heurtent à la grammaire structurelle du capitalisme. Produit par des rapports sociaux concrets, l’amour subit des transformations majeures qui s’accompagnent d’un changement dans l’organisation du désir. C’est le constat d’Eva Illouz qui, page après page, montre l’entrelacement de l’émotionnel et de l’économique, comme la rencontre de deux logiques difficiles à éviter. Tandis que la liberté sexuelle et affective produit ses formes propres de souffrance, les institutions politiques modernes ignorent les valeurs de solidarité et provoquent des symptômes tels que les phobies de l’engagement ou la quête de reconnaissance exacerbée, liée à l’identité personnelle. Désormais, l’amour est la modernité, il n’existe plus à la périphérie mais en son cœur, comme une structure édifiée de l’intérieur. La société agit viscéralement sur l’amour, comme une perfusion qui l’alimente autant qu’elle le détruit et l’empoisonne.

 

RETROUVEZ L'INTÉGRALITÉ DE CET ENTRETIEN EN PAGE 9 DU N° 156 DE VOTRE REVUE PAGE des libraires

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@