Chronique Ma reine de Jean-Baptiste Andrea

En 1965, Shell vit dans une station-service avec ses parents, a une façon très personnelle de considérer la vie et estime qu’il lui faut partir à la guerre pour devenir un homme. Sa fugue ne le mènera pas plus loin que le plateau surplombant l’habitation familiale et pourtant, c’est tout un nouveau monde qui s’ouvre à lui. D’un personnage immature, inadapté à la vie quotidienne, Jean-Baptiste Andréa tire une évocation poétique de la différence, des sentiments amoureux, de la vie en pleine nature. La délicatesse et l’originalité de son écriture ont merveilleusement habillé cette fable. On est happé par ce court récit, étonnamment dense pour si peu de pages. La description de ce paysage balayé de grands vents, de soleil et de froid irradie les habitants de ce lieu austère. La voix de ce garçon, conteur de son histoire, conscient de ses failles mais sûr de l’amour de sa Reine nous hantera longtemps.

Florence Reyre Librairie Du côté de chez Gibert (Paris 20e)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@