Chronique Les Liens de Domenico Starnone

Tout finit par se payer : les liens du titre pourraient bien se rompre à l’issue du roman. Domenico Starnone nous conte l’histoire grinçante d’un mariage qui a résisté aux années, à la fuite et au retour de l’époux. Ils sont maintenant âgés, tout est derrière eux, semble-t-il. Après quelques jours de vacances, ils rentrent chez eux pour découvrir un appartement mis à sac et le chat disparu. Avec une causticité pince-sans-rire, l’auteur nous donne un récit à plusieurs voix. Se succèdent la suffisance et la mauvaise foi du mari, la douleur et la colère toujours présente de l’épouse, et la dernière partie dont on ne dira rien pour ne pas déflorer la chute de ce court roman. L’agressivité latente, l’incompréhension mutuelle donnent un effet comique à ce texte. C’est une comédie à l’italienne très réussie, très visuelle, un des rares textes drôles de cette rentrée littéraire. Domenico Starnone est une célébrité en Italie. Son style et les thèmes qu’il développe le rapprochent d’Elena Ferrante dont on dit qu’il partage la vie et peut-être même l’œuvre !

Florence Reyre Librairie Du côté de chez Gibert (Paris 20e)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@