Chronique Le Pique-nique des orphelins de Louise Erdrich

  • Louise Erdrich
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Isabelle Reinharez
  • Coll. «Coll. « Terres d’Amérique »»
  • Albin Michel
  • 04/01/2016
  • 480 p., 24 €

Betty Duval-Hubert Librairie La Buissonnière (Yvetot)

Quel bonheur de (re)découvrir le deuxième roman de Louise Erdrich paru en 1986 aux États-Unis, dans une toute nouvelle traduction française. Un récit familial, passionné et passionnant, qui absorbe littéralement le lecteur.

Le titre de la traduction française, Le Pique-nique des orphelins, présage déjà de la tonalité grandement romanesque de cette histoire intrigante et perspicace. Qui sont donc Mary et Karl, jeunes enfants devenus orphelins ? Quelle sera leur destinée d’adultes profondément meurtris et blessés par le brusque abandon de leur mère ? 1932 marque le début de leurs aventures et mésaventures dans le Dakota du Nord. Leur solitude forcée s’ancrera profondément en eux, parfois à leur insu. Blessés intérieurement, mais murés dans une fierté et une vanité éclatantes, ils apprendront à vivre leur solitude dans la dignité. Mary saura se rendre indispensable auprès de son oncle et de sa tante retrouvés, n’ayant de cesse de séduire et de plaire à tous, jeune fille puis femme rigoureuse et habile, casanière, cachant toujours ce manque, résultat de l’abandon maternel. Karl, son frère, opportuniste à sa manière, instable et volatile, optera pour une liberté qu’il croira avoir choisie. Mais l’atavisme et les liens de famille ne seront peut-être pas si faciles à briser…

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@