Chronique Ladivine de Marie Ndiaye

Catherine FLORIAN (Violette and co - 75011 Paris)

Sous le regard omniprésent du chien qui attend, guette, à la fois protecteur et menaçant, réaliste et fantomatique, Ladivine nous conte l’histoire de plusieurs générations de femmes. Les existences unies par une même filiation de Ladivine Sylla, Malinka devenue Clarisse Rivière, Ladivine et Annika se succèdent et s’emboîtent en un récit savamment élaboré. Avec ténacité et obstination, elles cherchent à se construire une vie malgré les préjugés raciaux, sociaux et sexuels qu’elles ont intériorisés. Elles se débattent comme elles peuvent en tant que mères, filles et épouses, submergées par la honte et la culpabilité. Parfois, elles se perdent en chemin. Ce roman explore principalement les rapports familiaux et conjugaux, mais il évoque également d’autres thématiques et les personnages sont suffisamment complexes pour donner lieu à une interprétation riche. Avec une écriture qui enserre de toute part le lecteur, celui-ci se sent sous emprise, comme hypnotisé. Marie NDiaye nous tend à nouveau un miroir. Il est en effet si difficile d’apprendre à vivre, de savoir aimer.

 

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@