Chronique La Disparition de Josef Mengele de Olivier Guez

En 1949, l’Argentine de Perón est plutôt bienveillante avec les ressortissants allemands et ouvre grand les bras à tout ce petit monde qui a dû quitter l’Europe de peur de tomber entre les mains d’une justice qui ne reconnaîtrait pas leur vraie valeur. C’est donc à Buenos Aires que Joseph Mengele, devenu Helmut Gregor, décide de s’envoler pour débuter une nouvelle vie. Il y coule des jours relativement heureux, travaille, exerce de loin en loin ses talents de médecin, divorce, se remarie, repense au bon vieux temps… Il trouve toute une communauté nostalgique de la grandeur du Reich, bien certaine que d’ici peu, après avoir recouvré ses esprits, l’Europe les rappellera pour remettre un peu d’ordre et les accueillera en héros. Jusqu’à ce jour de 1960 où le Mossad enlève Adolf Eichmann. À ce moment-là, la vie de Mengele bascule. Il a peur d’être découvert et prend la fuite. Olivier Guez nous embarque avec lui dans cette cavale, nous contant l’histoire du bourreau d’Auschwitz avec une distance glaçante.

Gaëlle Maindron Librairie Livres in room (Saint-Pol-de-Léon)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@