Chronique Une fille sans histoire de Constance Rivière

  • Constance Rivière
  • Traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin
  • Coll. «Bleue»
  • Stock
  • 21/08/2019
  • 182 p., 17.50 €

Tous les soirs, Adèle attend la nuit tombée pour ouvrir sa fenêtre sur le monde. Seule, elle se laisse bercer par la routine des voisins dont les fenêtres s’allument avec l’obscurité. Nous sommes un soir de novembre, un soir de « presque hiver » et Adèle s’endort à la fenêtre. Mais en un instant, tout bascule. Dehors, le cri des ambulances déchire Paris. Nous sommes en novembre et Adèle découvre à la télévision l’horreur de l’attaque du Bataclan à quelques rues de chez elle. Elle regarde les images longtemps. C’est au petit matin qu’elle découvre le visage de Matteo, jeune homme porté disparu qui fréquentait le bar où elle a travaillé un temps. Matteo a disparu. Adèle, elle, a besoin de retrouver un sens à sa vie. Et si s’inquiéter pour ce jeune homme, partir à sa recherche pouvait réveiller cette vie endormie ? Alors elle part, ment, attend, s’invente une relation avec lui, accompagne sa famille. On croit qu’elle souffre, en fait, elle vit !

Gaëlle Maindron Librairie Livres in room (Saint-Pol-de-Léon)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@