Chronique Sept jours à l’envers de Thomas Gornet

Claire Lebreuvaud Librairie Anecdotes (Limoges)

C’est une histoire triste. Forcément, elle commence au cimetière où des gens défilent pour les condoléances, parce que c’est comme ça qu’on dit : « Toutes mes condoléances », à ceux qui pleurent quelqu’un qui est mort. Le garçon de cette histoire a 13 ans et c’est lui qui pleure. Qui ? On ne le saura qu’à la fin. Mais on comprend au travers de petits riens que c’était une personne complice avec qui il partageait des bricoles, des crêpes flambées, des films, quelqu’un qui était là quand il était malade. Quelqu’un qui lui laisse le cœur tout frisé, emmêlé et serré. Et une devinette : « qu’est-ce qui est long, vert et bête comme ses pieds ? ». Une devinette débile. Sauf qu’un camion roulant en sens inverse sur une quatre voies lui a piqué la solution. Thomas Gornet est un écrivain au talent précieux. Ses phrases sont justes et sensibles pour raconter une histoire à rebours, triste mais sans pathos, une histoire qui nous laisse de guingois, entre une moitié de sourire et des yeux en gouttes d’eau.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@