Chronique Je vous écrirai de Paule du Bouchet

CÉCILE BABOIS, Librairie Le Carnet à spirales, Charlieu

Comme dans ses précédents romans, Paule du Bouchet nous fait découvrir la destinée d’une jeune femme sur fond de bouleversements historiques majeurs. Cette fois, elle s’intéresse à l’univers de Malia, rempli de non-dits, rempli aussi d’une envahissante tendresse maternelle.

Malia a 18 ans en 1955 au moment où s’ouvre le livre. Elle est sur le point de déménager à Paris et de s’installer avec son amie Gisèle qu’elle connaît depuis l’enfance. Elle a la chance de pouvoir étudier la philosophie à la Sorbonne. Jeune femme intelligente et ambitieuse, elle veut quitter sa morne vie provinciale et s’éloigner de ses parents, notamment de sa mère, qui l’étouffe et dont elle avoue, bien malgré elle, avoir honte. L’histoire oscille entre correspondance et récit, et les nombreuses lettres qu’échange Malia avec sa mère Angèle montrent à quel point le chantage affectif que celle-ci exerce sur elle devient oppressant et constitue une sorte d’entrave à son épanouissement, l’empêchant de jouir pleinement de sa vie nouvelle. Une vie riche dans laquelle Malia découvre avec candeur un autre monde où elle se sent bien et qui s’avère plus proche de ses aspirations. Les études, la politique et le théâtre, ainsi que ses rencontres lui ouvrent un autre univers. Mais plus elle s’épanouit et plus ses relations avec ses parents se compliquent… jusqu’à l’amener à découvrir un terrible secret. À travers l’histoire de cette jeune femme qui grandit et découvre qui elle est vraiment, c’est aussi l’histoire d’une époque que restitue l’auteur. Une époque d’ailleurs très peu traitée en littérature pour adolescents. Paule du Bouchet use d’une écriture tout en finesse qui bouleverse. Et sa manière de construire le roman ajoute à l’émotion qui se dégage de l’histoire de Malia. Impossible de ne pas être touché par cette jeune fille dont les doutes et la souffrance transparaissent dans des lettres tellement réelles que l’on ressent très bien le décalage entre la mère et sa fille. C’est aussi un livre sur les non-dits et l’importance de la vérité pour se construire.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@