Chronique Un jour d'été que rien ne distinguait de Stéphanie Chaillou

Delphine Demoures Librairie des Halles (Niort)

« Un jour d'été, les femmes se sont levées et elles sont parties. Aussi simplement que cela. Par le seul mouvement qu'elles ont impulsé à leurs corps soudain, pour le lever, le mettre en marche. Par ce seul mouvement, jusqu'alors, fragile, inavoué, elles ont soudain tout renversé. » Stéphanie Chaillou signe un quatrième roman poétique qui interroge les rapports de classe et le patriarcat. Le lecteur suit à pas feutrés l'enfance de Louise dans les années 1970 en France. Une enfance meurtrie et entachée par les difficultés financières de ses parents. Louise ne « sera » pas comme eux, pas question pour elle de subir sa vie et de laisser quiconque lui dicter la « bonne » conduite à tenir. Libre, elle refuse de s'astreindre à son statut de « fille » et à l'avenir qu'on voudrait lui assigner. Un roman tout en élégance : délicat et fragmentaire. L'écriture est précise, juste et sobre. Une très beau moment de lecture, émouvant et sensible.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@