Entretien La Maison des absents de Tana French

Béatrice Leroux Librairie Gibert Jeune (Paris 5e)

La reine du policier irlandais, auréolée de très nombreux prix, a encore frappé : Tana French nous dépeint les dégâts laissés par le boom économique – très éphémère – du début des années 2000 sur toute une génération d’Irlandais. Histoire sombre, roman brillant ! Merci à la souris venue, un soir, rendre visite à l’auteure.

Non loin de Dublin, à Broken Harbour devenu Brianstown pour faire plus moderne, se trouve un de ces lotissements « fantômes » victimes de la crise économique, où la plupart des maisons, abandonnées par les familles, sont restées inachevées. Ce qui n’est pas le cas de celle de la famille Spain. C’est là qu’un matin, la sœur de Jenny Spain découvre son beau-frère, son neveu et sa nièce sauvagement assassinés. Seule Jenny Spain a survécu, mais elle est grièvement blessée. Sur les lieux, la police remarque très vite de nombreux trous dans les murs et des caméras de surveillance dissimulées. La scène de crime ne se contente pas de représenter un énième fait divers tragique, il se passait des choses étranges dans cette famille bien sous tous rapports. Du moins à première vue… L’inspecteur Scorcher prend les rennes de l’enquête et Broken Harbour va réveiller chez lui de vieux démons. C’est là qu’il a passé tous ses étés d’enfant. N’hésitez pas à rentrer dans cette maison. Mais je vous préviens, vous n’en ressortirez pas indemne.

RETROUVEZ L'INTÉGRALITÉ DE CET ENTRETIEN EN PAGE 16 DU N° 159 DE VOTRE REVUE PAGE des libraires

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@